VAUDOU : CHAPITRE 1

Un étalage de crâne et d'os servant de fétiches vaudous au Bénin


VOUS AIMEZ MASSAÏA ?
SUIVEZ-MOI SUR MA PAGE
FACEBOOK !

Qu’est-ce que le Vaudou ?

Le Vaudou nourrit bon nombre de fantasmes pour nous, européens, loin de toute notion de rituel et de magie.
La plupart du temps, si l’on vous demande à quoi vous fait penser le terme “Vaudou”, vous répondrez certainement “Poupée”,
“Sorcellerie” ou “Envoûtements”.

Mais qu’en est-il réellement ?

Après plusieurs années passées au Bénin, lieu de naissance de la culture Vaudoue, j’ai pu appréhender la chose d’une manière différente de tous les contes et légendes que l’on nous raconte à son sujet. Lentement mais sûrement, je me suis fait une idée plus concrète, mais surtout plus réelle de ce qu’il en est vraiment. J’ai rencontré des adeptes de cette religion animiste méconnue qui fait peur à ceux qui ne la comprennent pas.
Ils m’ont raconté des histoires, m’ont raconté l’Histoire du Vaudou et de ses pratiques ancestrales encore très présentes au Bénin.
Petit à petit, on m’a acceptée dans certaines cérémonies, petit à petit, on m’en a dit encore plus, petit à petit, on m’a confié des secrets…

J’ai visité des lieux empreints de magie, des endroits sacrés, des emplacements de culte.
On m’a appris les vertus magiques de certaines plantes, expliqué le déroulement de certains rituels interdits aux non-adeptes.
Certaines de ces choses que l’on m’a dites ou que j’ai vues ne sont pas racontables, et j’ai promis de les garder pour moi. Selon son statut au sein de la communauté Vaudoue, on est autorisé ou pas à assister à certaines cérémonies et rituels.

“Pour les autres, suivez-moi tout au long du mois de Janvier et de ses 5 chapitres consacrés au Vaudou, et je vous dirai tout ce que je sais…”

Autel vaudou, Bénin

Le Vaudou, bien plus qu’une religion

Le Vaudou, prononcé “Vaudoun” est une religion qui est née dans le Royaume du Dahomey, l’actuel Bénin.
Il est donc logique que ce soit le lieu où il est le plus pratiqué.
Suite à l’esclavage, il a été répandu dans d’autres contrées, au Brésil, en Haïti, aux Antilles (quimbois) et même aux États-Unis,
en particulier en Louisiane.

C’est une religion animiste, basée sur le monde invisible des esprits qui fait référence à une croyance religieuse, mais aussi à une culture à part entière, une philosophie, un mode de vie. Elle admet l’existence d’un monde invisible appartenant aux ancêtres et diverses divinités, celle des morts-vivants et au fait que chaque chose soit dotée d’un esprit (arbre, cailloux…), au même titre que la religion chamanique par exemple.

Il existe 41 divinités appellées “Vaudoun”, avec chacune leurs caractéristiques,  leurs pouvoirs et leur élément.  On les invoque afin de s’attirer leurs bonnes grâces, leur demander des faveurs ou leur protection, par le biais de divers rites et cérémonies sacrées où il est souvent question de sacrifice animal, d’où vient en partie la mauvaise réputation de cette religion méconnue. Le Prêtre Vaudou s’adonne régulièrement à des possessions volontaires et invocations afin de s’attribuer les vertus des esprits, et c’est en partie pour cela que la religion vaudoue a été diabolisée par le christianisme.
Elle est souvent associée à des rituels maléfiques, mais vous verrez qu’à la base, le Vaudou est une religion bienveillante, ayant pour but la protection de ses adeptes. Ce n’est en réalité pas le Vaudou qui est occulte, mais certaines personnes mal intentionnées qui en ont dévié les pratiques pour les utiliser afin de nuire.

Chaque famille porte la marque de sa “divinité référente”. C’est ainsi que vous croiserez certaines personnes portant des cicatrices caractéristiques au visage. Ce sont des scarifications faites à la naissance pour la plupart, et qui indiquent de quelle famille vient l’individu, la divinité qu’il adore ou de quelle région ou ville il vient. Ces cicatrices sont faites lors de cérémonies dédiées, avec une lame de rasoir. La plaie est ensuite bouchée avec des plantes bien précises afin qu’elle cicatrise d’une certaine manière.  

La vie des adeptes de la religion vaudoue se déroule au rythme des cérémonies. Celles-ci se pratiquent soit sur des places dédiées au sein des villages, soit dans les Temples et Couvents. Elles sont menées par le Prêtre Vaudou, appelé aussi “Bokonon”.
Certaines sont ouvertes au public, certaines sont gardées secrètes.

Il y a deux catégories de “pratiquants” du Vaudou : Les adeptes et les initiés. Les premiers sont ceux qui ont appris le Vaudou au sein d’un Temple, auprès d’un maître spirituel, après diverses cérémonies de passage et de mises à l’épreuve. Les initiés sont ceux qui sont nés dans une famille vaudoue mais qui n’ont pas “poussé” l’apprentissage et la pratique.

Sacrifice de poulet lors d'un rituel vaudou au Bénin

Des signes qui ne trompent pas

En effet, les représentations du Vaudou sont très fréquentes sur l’ensemble du territoire béninois.
Un œil avisé pourra aisément les identifier.

Le Tô-Legba

L’objet rituel Vaudou que j’ai le plus souvent croisé est celui que l’on appelle le “Tô-Legba”.
Cet autel placé à l’entrée des villages est censé protéger la population, apporter chance et abondance.
Il est fabriqué et placé à son emplacement définitif par le chef Vaudou, lors d’une cérémonie d’intrônisation. Un ensemble de feuilles sacrées (et secrètes) est enterré en dessous du Tô-Legba, puis des incantations magiques sont récitées afin de libérer son pouvoir.
L’étrange objet est fait d’argile, et une cérémonie à base de prières, sacrifices et offrandes est organisée chaque année afin de le remercier
de sa protection. 

Autel vaudou, Bénin
Autel vaudou, Bénin

Le Tô-Legba ne sert pas seulement de protection aux villageois, on peut également faire appel à lui pour diverses faveurs.
On s’adresse alors au Chef Vaudou qui procède au rituel en notre présence, devant le Tô-Legba. C’est le “Bokonon”, en contact avec l’au-delà, qui transmettra s’il est possible ou non d’accéder à la requête, et à quel prix. La divinité peut alors demander un poulet, des sucreries, de l’huile rouge (huile de palme) ou autre. On sacrifie alors l’animal et on se doit de consommer sa viande sur place, pour honorer la divinité. Si on n’arrive pas à finir de manger toute la chaire, alors on l’offre aux passants, car on ne peut pas reprendre une offrande que l’on fait. En emportant une partie de l’animal chez soi, c’est comme si on avait repris une partie de notre offrande destinée à la divinité. On promet alors à la divinité de revenir une fois sa prière exaucée, afin de faire de nouveau une cérémonie accompagnée d’offrandes. On plante ensuite un bâton devant le Tô-Legba afin de sceller le pacte.

C’est là que le côté “occulte” intervient peut-être. Si l’on ne tient pas sa parole (si l’on obtient ce que l’on a demandé sans remplir sa part du marché), on s’expose alors à des représailles. Il faut considérer le Vaudou comme une sorte de code entre les morts et les vivants, un code qu’il est important de respecter. Les cérémonies de demande de faveurs sont souvent comparées à un “pacte avec le Diable”. Dans un sens, c’est vrai, même s’il ne s’agit pas du Diable mais de divinités disposées à aider les vivants, mais avec des contreparties plus ou moins importantes selon les demandes.
Les divinités puisent leur puissance dans l’énergie. Lorsqu’on leur offre des cérémonies, on augmente leur énergie, lorsqu’on leur fait des offrandes, on les nourrit, et elles gardent ainsi leur puissance. Si l’on n’honore pas un marché que l’on a passé avec une divinité, quelle qu’elle soit, les sanctions ne se feront pas attendre. La divinité communique alors son mécontentement de diverses façons. Vous pouvez perdre ce que vous avez obtenu, et si vous ignorez les signes, bien pire peut arriver, jusqu’à tomber malade ou perdre l’un de vos proches, voire plusieurs.

“Que l’on y croit ou pas, ce sont des pratiques ancestrales que l’on se doit de respecter, et avec lesquelles il peut être dangereux de s’amuser.”

Les Temples Vaudous

S’il est difficile, voire interdit, d’y entrer en tant que non-adepte, il n’est pas rare d’en croiser sur son chemin. Bâtis sur un grand terrain entouré de murs portant des fresques à l’effigie des diverses divinités, ou bien parfois beaucoup plus sobres, ces Temples sont des bâtiments sacrés où les futurs adeptes sont formés, et où les chefs Vaudous résident. C’est également en ces lieux  que diverses cérémonies sont organisées. Parfois, on en croise sans même savoir ce que c’est. Ce sont pourtant des bâtiments vétustes mais néanmoins sacrés abritant les divinités.
Un Temple Vaudou, d’après ce que l’on m’en a dit, abriterait une seule divinité tandis qu’un Couvent en regrouperait plusieurs. 

On m’a raconté une fois l’histoire d’un Chef Vaudou qui n’avait pas respecté l’une des règles d’un Temple situé non loin de la ville de Possotomé.
En ce Temple, nul ne pouvait entrer sans avoir au préalable fait une offrande à la divinité représentée.
Le malheureux n’a pas suivi les instructions, et est ressorti du Temple aveugle. Il n’a jamais recouvré la vue.

Temple vaudou, Bénin
Temple vaudou de la lumière, Route des pêches, Bénin

MAMI WATA

La divinité des eaux “Mami Wata” est une des divinités principales du culte Vaudou. Certaines cérémonies lui sont même entièrement dédiées. C’est elle qui est responsable de la jalousie dans les couples, et elle veut tous les hommes pour elle.
Elle est représentée par une belle sirène aux longs cheveux entourée d’un serpent, et est crainte des pêcheurs qui disent l’entendre parfois la nuit à bord de leurs navires.
Elle peut faire le bien comme le mal, et lorsqu’on lui demande une faveur, les offrandes qu’elle demande le plus souvent sont les sucreries, les bijoux, l’encens et le parfum.

Une petite anecdote :

L’état béninois avait proposé la sirène comme symbole de la ville de Cotonou, ce qui a été fermement refusé par la population.

Un temple vaudou dédié à la divinité "Mami Watta" sur la plage de Ouidah au Bénin

“À noter que l’on est bien loin de l’image de conte de fées que notre culture occidentale prête
aux légendaires sirènes !”


LA FÊTE DU VAUDOU

comme si vous y étiez !

Les arbres sacrés

Au Bénin, vous croiserez peut-être de vieux arbres parés de draps, blancs pour la plupart.
Ces derniers indiquent que l’arbre est sacré et qu’il abrite des esprits. Souvent, ce sont les Irokos multi-centenaires qui sont concernés.
En effet, l’on dit d’eux qu’ils sont le lien entre les cieux (les arbres peuvent atteindre des hauteurs qui donnent le vertige), le monde des vivants (la terre où il se tient), et le monde des ténèbres (ses racines s’enfoncent très profondément dans les entrailles de la Terre).
Ainsi, bon nombre de rituels de purification se pratiquent à ses pieds, notamment dans la Forêt sacrée de Kpassé à Ouidah,
ou encore au Temple des Pythons. 

Arbre sacré vaudou, Bénin
Arbre sacré vaudou, Bénin

LE TEMPLE DES PYTHONS

Parlons-en ! Outre l’aspect “folklorique” du Temple où de nombreux touristes se prennent en photo un python autour du cou, le Temple des Pythons est avant tout un Temple sacré. Il dispose en son sein d’un Iroko paré d’un drap blanc où de nombreuses cérémonies se déroulent, mais également de petites cases qui sont en réalité des “mini-Temples”. Se trouve également dans la cour du Temple la “Jarre Sacrée”, transportée par une congrégation de jeunes filles vierges afin de procéder à la cérémonie de purification de la ville de Ouidah, tous les 7 ans.

Le python est l’emblème de Ouidah et est sacré dans la culture Vaudoue. 
À ce titre, il est protégé et il est interdit de le tuer, ainsi que d’en posséder chez soi.

*Plus d’infos sur Le Temple des Pythons ICI .

L’Autel d’exposition des criminels

Imaginez. On vous a volé un bien précieux. Vous faites alors appel au “Bokonon” de votre village afin de démasquer le coupable.
Le “Bokonon” invoque alors le vaudoun “Hevioso”, Dieu du tonnerre et de la foudre censé punir les malfaiteurs. Vous faites alors une annonce dans votre village : vous prévenez les habitants que l’on vous a dérobé quelque chose et que le coupable a 2 semaines (par exemple) pour vous retourner vos biens, sous peine d’être puni par “Hevioso”. Imaginez que le coupable ne se dénonce pas… celui-ci commencera alors à recevoir des avertissements de la part de la divinité : marques sur le corps, sur le cou, gorge qui gonfle… Certains le remarquent et lui conseille d’aller se confesser au Temple, mais celui-ci nie tout en bloc, bien déterminé à garder le secret. Le délai imparti dépassé, celui-ci trouve la mort, foudroyé par le Dieu “Hevioso” (également Dieu du fer, celui-ci est représenté par la couleur noire et est l’une des divinités principales de la culture Vaudoue).

Le malheureux malfaiteur est retrouvé mort, et son corps est alors exposé sur un “autel d’exposition des criminels”.
Celui-ci est composé d’une sorte d’abri, d’objets appartenant au défunt et de toutes sortes de fétiches.
Je suis tombée sur un “autel d’exposition” deux fois : la première dans un village de Possotomé, la deuxième dans un village de Grand-Popo.
La dernière fois, un corps était bel et bien exposé, et je vous avoue que l’atmosphère qui y règne est… pesante.
Les ongles et les cheveux du défunt sont répartis dans les “autels d’exposition” des villages alentours, afin que tous les habitants puissent fêter
(par des chants, prières et offrandes) la puissance de “Hevioso”, qui a débarrassé la communauté d’un être malfaisant.

Ce n’est d’ailleurs pas sans rappeler certains rites Vikings, vous ne trouvez pas ?

Autel d'exposition des criminels, pratique vaudoue au Bénin

PAPA LEGBA

L’une des divinités les plus importantes, “Papa Legba”, est le messager tout puissant entre le monde des morts et des vivants.
Il est également le gardien de la frontière entre ces deux mondes, et est de ce fait associé à St Pierre dans la religion chrétienne (St Pierre possède les clés de la porte du paradis). Il garde également l’entrée des Temples et des carrefours, il aide les gens égarés à retrouver leur chemin. C’est de façon quasiment systématique qu’une invocation à “Papa Legba” ouvre la plupart des cérémonies vaudoues.
En ouvrant les frontières entre le monde physique et le monde spirituel, il permet alors à l’individu de se faire posséder (volontairement) par l’esprit demandé. Ses couleurs sont le rouge et il peut être aussi bienveillant que maléfique. Il est souvent représenté avec des cornes et des attributs masculins… mis en avant, afin de démontrer sa puissance. On immole des chèvres et des poules blanches ou noires en guise d’offrande, et on lui donne des patates douces et des boissons sucrées, ainsi que du tabac et du rhum, particulièrement en Haïti.

Voici donc une première approche du Vaudou.
Vous en savez maintenant un peu plus sur ce qu’est le Vaudou et ce qu’il représente, mais il reste un océan de choses à apprendre sur le sujet. 
Vous savez également reconnaître quelques “signes” qui lui sont dédiés et les divinités principales qui lui sont associées.
Si vous désirez en apprendre plus sur cette religion animiste aussi mystique qu’intrigante,
ne ratez pas mon prochain article qui traitera de certaines CÉRÉMONIES VAUDOUES qui font parfois froid dans le dos…

Même jour, même heure, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour continuer ensemble l’exploration du VAUDOU, religion emblématique du BÉNIN

Fétiche vaudou, Bénin

Pour plus de contenu, rejoignez-moi sur Facebook, Youtube et Instagram

NOTE

Crédit photo : Villains.wikia.com

Connaissez-vous la série “American Horror Story” ? 
Dans la saison 3, il est question de sorcellerie, d’envoûtements et de Vaudou, et les références à “Papa Legba” sont nombreuses.
L’histoire se déroule à la Nouvelle Orléans (là où le culte Vaudou est toujours pratiqué de nos jours), et les symboles Vaudous ne sont pas rares : prophéties lues dans les entrailles de poulets, notion de sacrifices, promesse d’adoration faite à certaines divinités, états de transe lors de rituels, possessions volontaires, tam-tam durant les cérémonies, serpents…

“Papa Legba” lui-même fait son apparition, venu réclamer son dû à l’une de ses adeptes avec qui il a passé un marché : “C’est ce soir que tu dois me payer (…) une fois par an tu dois me payer mon dû pour mes services, c’est le pacte que l’on a fait”.

Une série de fiction finalement pas si éloignée que ça de la réalité…

11 commentaires sur “VAUDOU : CHAPITRE 1

  1. J ai sejourné plus de dix ans au Benin et j ai “ frequenté “les vaudous leurs ceremonies etc … je cautionne vos infos

    1. Bonjour, pour ma part je crois aux esprits, Loas, je pense que l’on peu faire appel à eux, leurs demander des choses, mais je n’arrive pas à savoir comment ces esprits peuvent aller jusqu’à leurs cibles ! ( exemple un retour affectif) si quelqu’un peu me renseigner à ce sujet. merci

  2. ….Conclusion le Vaudou nous ramène tout simplement à de grandes valeurs profondes et sincères qui est le Respect et la Gratitude….recevoir et offrir AVEC RECONNAISSANCE

  3. bonjour, j’ai vecu au Benin il y a 3O Ans. UNe personne m’a fait une protection… A ce jour toutes les personnes qui s’acharnent contre moi, ont toutes les memes problèmes..Est ce un hasard ???
    Je signale que je suis une personne tres sociale, et qui ne fait rien contre elles.
    Une personne peut elle me renseigner…
    Ce sont des personnes qui ne se côtoient pas…et j’ai appris par hasard leur souci

    1. Hasard ou pas, j’imagine que chacun a sa propre vision des choses…
      Le principal est que vous vous portiez bien 🙂 Bonne continuation à vous et à bientôt sur le blog 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.