Zinvié : Au coeur de la Vallée du Sitatunga

Une femme béninoise vêtue d'un pagne marchant sur un chemin bordé d'une végétation luxuriante

La dernière fois que je suis allée à Zinvié, c’était il y a quelques années.
Une amie faisait alors un stage dans une ONG et m’avait invitée à venir la voir.
C’était un endroit sympathique, avec quelques poissons dans des aquariums çà et là, et un petit singe gris nommé “Kinto”.
En Juillet dernier, ma tante est venue me rendre visite et je l’y ai emmenée. Je vous raconte.


Vous aimez Massaïa ?
Suivez-moi sur ma page 
Facebook !

∴ Un refuge animalier ∴

A Zinvié est basée une association nommée “CREDI-ONG” qui oeuvre pour la conservation de l’environnement, de la flore mais aussi de la faune. C’est par ce biais qu’a été créé un refuge animalier afin d’y accueillir les animaux malades ou blessés trouvés par les chasseurs des bas-fonds alentours. Le refuge, également appelé “Musée vert”, présente ainsi plusieurs espèces locales aux visiteurs afin de leur faire connaître la faune ambiante et de les sensibiliser aux menaces qui pèsent sur l’environnement alentour et qui représente l’habitat de ces animaux.
Je parle également de ce refuge dans mon article  “5 endroits où voir des singes au Bénin”.

Le Musée Vert dispose aussi d’une petite boutique que l’on traverse en fin de visite. On y trouve des produits qui se veulent respectueux de l’environnement, tels que des jus de fruits pressés puis mis en bouteille par les femmes des villages voisins, des éponges naturelles ou encore des livres sur la faune et la flore locale. 

Le refuge animalier du Parc Naturel de la Vallée du Sitatunga à Zinvié, Bénin

• Poissons & Aquariums •

La visite commence par la découverte des bassins et aquariums. On y aperçoit diverses sortes de poissons et le guide (la guide dans mon cas) nous informe des caractéristiques de chacun. C’est vrai que la pièce n’est pas très vaste et que le nombre d’espèces est limité, mais des efforts on été faits concernant l’aménagement des aquariums et la décoration depuis ma dernière visite quelques années plus tôt. Les fresques murales sont aux couleurs de la nature et l’ambiance qui y règne est calme et propice à l’observation.

• Le Reptilarium •

Bon nombre de reptiles vivent au Bénin : dans les marécages, les forêts tropicales, la mer, les lacs, rivières et mangroves.
On trouve ainsi des caïmans, iguanes, varans, lézards, caméléons, serpents (vipère, boa, cobra, couleuvre, python… ) ainsi que des tortues terrestres et marines (entre autres).
Au reptilarium du refuge animalier de Zinvié, on peut observer quelques tortues dans des bassins, des caïmans cachés sous la végétation marécageuse de leur enclos, et un imposant crocodile du Nil dans un enclos individuel en contrebas. Dans l’enclos voisin à celui du crocodile, un varan sort sa tête du dense feuillage des arbres qui occupent l’espace de son enclos et se laisse photographier durant de longues minutes avant de retourner se cacher à l’abri des regards indiscrets.

On peut également observer quelques serpents tels que des boas, vipères et autres à travers la vitre de leur vivarium. Il y avait également deux cobras mais ceux-ci ont rencontré un “petit” problème durant la nuit (voir encadré “Fourmis Magnans” plus bas) !

Serpent du Bénin, Afrique
Serpent du Bénin, Afrique
Un varan du refuge animalier de Zinvié au Bénin
Caïman au reptilarium du refuge animalier de Zinvié au Bénin

• Deux singes, deux mascottes •

“Kinto”, un singe “Vervet” est arrivé plusieurs années plus tôt et je l’avais déjà rencontré lors de ma première visite. Il a récemment été rejoint par un deuxième singe, un jeune “Mona”, récupéré malade à proximité du refuge. L’espace réservé à Kinto étant devenu trop restreint, un nouvel enclos était en construction lorsque j’y suis allée.

Jeune singe Mona au refuge animalier de Zinvié au Bénin



Découvrez l’histoire qui se cache
derrière cette photo ⇒ ICI !

∴ Une randonnée dans la nature environnante ∴

Plus qu’une visite, c’est plutôt une randonnée accompagnée de Gisèle, la guide du refuge, qui nous attendait. Nous sommes passées par quelques villages typiques et par des chemins bordés de denses fougères caractéristiques des bas-fonds de la vallée. La végétation y est omniprésente, luxuriante et marécageuse. Les magnifiques paysages sont teintés de vert. Un orage nous a surpris et nous avons donc continué la balade sous une grosse averse (non sans une certaine satisfaction, j’aime la pluie, surtout la pluie tropicale !). Tout le long du circuit, Gisèle a su nous renseigner avec brio sur l’environnement dans son ensemble : les végétaux, la faune, le mode de vie des habitants locaux et l’organisation des villages, l’agriculture traditionnelle et l’écosystème de la région.

• La Vallée du Sitatunga •

Au bout d’un chemin broussailleux, nous sommes arrivées devant un vaste enclos abritant des “Sitatungas”, ces antilopes aquatiques capables de s’immerger intégralement afin de glaner quelques brins d’herbes dans les bas-fonds submergés.  Ces bovins largement répandus en Afrique et dotés de cornes en spirale pouvant atteindre près d’un mètre, possèdent 6 zébrures blanches au niveau de l’échine. Ils vivent dans les grandes forêts tropicales ou les zones marécageuses qu’ils affectionnent tout particulièrement. Je n’avais jamais vu de Sitatunga avant, c’était une première !

Un Sitatunga, antilope aquatique originaire d'Afrique
Un sitatunga, une antilope aquatique originaire d'Afrique

• Au détour d’un chemin… •

Au détour des plantations de papayers et des champs d’ananas, nous avons fait d’autres rencontres disons… inattendues. Un serpent sur la route,
une araignée tissant une toile que j’ai évitée de justesse, une inquiétante colonie de fourmis “Magnans”. Heureusement, d’autres rencontres moins hostiles ont parsemé notre chemin : fleurs tropicales magnifiques, oiseaux et papillons. 

Fleur tropicale au Bénin
Fleur tropicale au Bénin
Un papillon orangé posé sur une feuille au Bénin
Fleur tropicale au Bénin

La Fourmi “Magnan”

Les Fourmis “Magnans” également appelées Fourmis “Légionnaires” vivent et se déplacent en colonies pouvant atteindre une vingtaine de millions d’individus, et il ne vaut mieux pas croiser leur chemin ! Lors de ma dernière visite au refuge de la Vallée du Sitatunga, deux cobras et une mangouste avaient été entièrement dévorés en l’espace d’une nuit par ces fourmis affamées ! Elles cherchent d’abord à entrer par le nez et les oreilles de leurs proies afin de remonter jusqu’au cerveau et les grignoter de l’intérieur.

Effroyable dites-vous ?

Ce n’est pas la première fois que j’entends parler de ces fourmis et je me souviens d’une amie de Natitingou qui déplorait la perte de ses deux perroquets du Gabon causée par ces fourmis enragées. Au matin, il ne restait qu’un bec sur les deux oiseaux pourtant en pleine forme la veille. Ces fourmis sont dangereusement voraces et certains peuples ont eu l’idée de s’en servir à des fins plutôt inattendues : Le peuple Maasaï faisait volontairement mordre leurs plaies importantes aux fourmis avant d’arracher le corps de ces dernières, afin de les utiliser comme points de suture… une idée douloureuse mais néanmoins brillante !   

 

∴ Des Ananas à perte de vue ∴

Avez-vous déjà vu un champ d’Ananas? Et bien si vous passez par Zinvié, ce pourrait être chose faite !
On y cultive l’ananas en grande quantité, dans des champs de plusieurs hectares. L’ananas pousse dans le sol, au milieu de longues feuilles rigides. Un seul ananas par plant, et celui-ci prend beaucoup de place. Espace et patience sont donc de rigueur pour celui qui voudrait se consacrer à la culture de ce fruit aussi beau qu’exotique. Celui du Bénin porte son nom à la perfection et est particulièrement sucré et parfumé : on l’appelle “Pain de Sucre”.
On les écoule ensuite au marché de Zinvié et alentours,ou on les charge par tonnes dans des camions partant les vendre un peu partout au Bénin et dans les pays frontaliers.

• • • • • ◊ • • • • •

Plantation d'ananas au Bénin

• • • • •  • • • • •

Plantation d'ananas au Bénin
Plantation d'ananas au Bénin

– Comment s’y rendre ?

La ville de Zinvié se trouve à environ 35 km au nord de Cotonou (environ 1h de trajet en voiture).
Vous devrez dépasser Abomey-Calavi puis continuer tout droit jusqu’au carrefour “Missessinto” (un peu après le supermarché “Africagel”).
Roulez tout droit et n’hésitez pas à vous arrêter et à demander la route car le Parc Naturel de la Vallée du Sitatunga
n’est pas très bien indiqué arrivé à un certain niveau. Il se trouve juste à côté du marché de Zinvié situé en face de la Paroisse St Jean l’Evangéliste.

 

– Combien ça coûte ? –

Pour la visite classique (refuge animalier) + la visite/randonnée dans la vallée, le tarif est de 10.500 FCFA par personne pour les étrangers et
5.500 FCFA pour les béninois. Le tout a duré environ 2h30 et la guide, Gisèle, était géniale !

 

Une termitière géante au Bénin !

Réflexion personnelle


Si vous souhaitez vous perdre dans un coin de nature luxuriante, c’est ici que vous devriez vous rendre.

Vous y traverserez des villages traditionnels, peut-être quelques caïmans,
des fleurs tropicales d’une rare beauté et des femmes aux pagnes chatoyants s’en allant cueillir les ananas au goût sucré du Bénin.
Peut-être y croiserez-vous comme moi une petite fille partie chercher de l’eau à l’unique pompe du village,
des plantations de papayers et des termitières géantes surréalistes.
Peut-être que comme moi, un jour, vous irez vous perdre à Zinvié le temps d’une journée.

Logo du blog voyages de Massaïa

Retrouvez
Le Parc Naturel de la Vallée du Sitatunga
dans un précédent article sur
5 endroits où voir des singes au Bénin

Le Parc Naturel de la Vallée
du Sitatunga se trouve à Zinvié,
dans le département de l’Atlantique.
Pour découvrir tout ce qu’il y a
à faire ou à voir dans les alentours

4 commentaires sur “Zinvié : Au coeur de la Vallée du Sitatunga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.