INFOS PRATIQUES/Bénin

Un pêcheur démêle ses filets sur la Roue des Pêches au Bénin, Afrique de l'Ouest

Ah… l’Afrique !
Ses paysages uniques, son art authentique et ses savanes peuplées d’animaux sauvages… la destination parfaite pour un dépaysement assuré.
Voici quelques infos utiles pour préparer votre séjour et profiter en toute sécurité.

Tampons d'entrée dans un passeport français
GENERALITES

En premier lieu, assurez-vous d’avoir un passeport valide jusqu’à 6 mois après la date de retour. Ensuite, il vous faudra faire une demande de VISA, et ce, quelque soit la durée de votre séjour. Avant, il fallait se déplacer pour faire la demande au consulat, mais aujourd’hui il est possible de se le procurer sur internet, en faisant une demande de E-VISA

Une fois sur place, vous effectuerez vos achats en Francs CFA, la monnaie locale (commune à plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest).
Pour info, 1€ équivaut à environ 655 FCFA. Vous trouverez de nombreux bureaux de change à Cotonou, un peu moins dans les régions reculées ou dans les villages.
Vous pourrez également échanger vos euros dans les banques. Personnellement j’avais pour habitude d’échanger mes devises à “l’Ecobank” situé à Ganhi (Cotonou) mais les options sont nombreuses. Vous pourrez également retirer directement des CFA aux guichets de retrait, mais des frais supplémentaires seront appliqués (variables en fonction de votre banque). Suivant les taux dans les bureaux de change, il peut être parfois plus intéressant de retirer directement aux guichets de retrait avec votre carte bancaire plutôt que d’échanger des espèces, mais parfois l’inverse, ce sera donc à vous de voir !

Niveau sécurité, le Bénin est considéré comme un pays sûr. Cependant, les règles de bon sens de base s’appliquent aussi là-bas, et il serait plus prudent d’éviter les lieux isolés la nuit par exemple. Aussi, on évitera les longs trajets en voiture la nuit, surtout dans le nord du pays où l’on relève parfois la présence de “coupeurs de route”. L’extrême nord du pays est vivement déconseillé (les régions frontalières avec le Burkina Faso ou le Nigéria par exemple), mais tout le reste du pays reste sûr en général.

Enfin, on évitera également de faire étalage de ses richesses, mais encore une fois il n’est question que de bon sens !

Carnet de vaccination internationale
SANTE

Côté santé, seul le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire (vous devrez impérativement  présenter votre carnet de vaccination à l’aéroport d’arrivée) mais je vous conseille fortement d’être à jour concernant les hépatites A et B, la typhoïde, le tétanos et la poliomyélite. Cette liste n’est pas exhaustive et je vous invite à vous rapprocher d’un centre de vaccination international près de chez vous où l’on vous indiquera toutes les précautions sanitaires à prendre avant et pendant votre voyage (ça vaut pour n’importe quelle destination).

Aussi, je vous conseille fortement de vous protéger contre le paludisme en vous faisant prescrire un traitement préventif par votre médecin traitant (style “Malarone”, à prendre la veille du départ, pendant toute la durée du séjour et 7 jours après). Là encore, c’est votre médecin traitant qui sera le plus à même de vous informer sur la marche à suivre. Cependant, la meilleure façon de se préserver du palu reste de ne pas se faire piquer du tout.
Pour cela, emportez avec vous vos répulsifs (en spray sur la peau, pour les vêtements…), dormez sous des moustiquaires dans la mesure du possible (il existe même des moustiquaires imprégnées d’anti-moustiques) et préférez porter des vêtements longs une fois la nuit tombée. Sachez que certaines formes du paludisme peuvent être mortelles, et sans tomber dans la psychose, il est important de se prémunir contre ce genre de maladies.

Sur place, vous devrez également faire en sorte d’éviter de manger des aliments crus (surtout les salades, légumes, viandes…) et de ne boire que de l’eau en bouteille. Croyez-moi, je parle en connaissance de cause : j’ai attrapé le paludisme 3 fois (en 6 ans) et ai payé cher mon manque de rigueur concernant l’eau. Cela dit pas de panique, tout ceux qui sont venus me rendre visite au Bénin en sont repartis entiers !

Un zem, taxi-moto typique du Bénin, Afrique de l'Ouest
TRANSPORTS

Pour vous rendre au Bénin depuis Paris, plusieurs possibilités même si  l’option la plus simple est de prendre un vol direct Air France (environ 6h10 de trajet). Ceci dit, d’autres compagnies proposent des vols pour Cotonou, mais avec escales (souvent moins chers qu’Air France d’ailleurs). C’est le cas de Royal Air Maroc par exemple, de Turkish Airlines ou encore de Brussels Airlines.

Une fois sur place, vous verrez que le moyen de locomotion le plus courant reste les “Zémidjans”, ces conduteurs de taxis-motos facilement reconnaissables à leurs chemises jaunes (ou encore bleues ou violettes suivant les villes). Pratique et très bon marché, c’est le meilleur moyen de vous déplacer sur de courtes et moyennes distances.

Vous pourrez également vous déplacer à bord des taxis jaunes officiels de la ville de Cotonou, sur de courtes ou moyennes distances (le tarif des courses est nettement plus élevé que celui des zémidjans évidemment), ou préférer louer un véhicule avec chauffeur auprès de l’une des quelques agences de Cotonou (Sixt par exemple). Cette dernière reste l’option la plus confortable, mais également la plus coûteuse.

Pour voyager sur de longues distances, vous trouverez aussi des bus (se renseigner sur place sur leur lieu et horaire de départ). À titre d’exemple, un trajet Cotonou-Dassa (environ 200km) vous coûtera 4.000 FCFA (environ 6€).

Sinon, postez-vous sur le bord d’une route fréquentée et attendez (un peu).
L’un des nombreux “taxis-brousse” empruntant cette voie s’arrêtera sans aucun doute pour vous demander votre destination et ainsi vous y conduire si elle correspond à son itinéraire prévu. Les tarifs dépendent de la distance bien-sûr, mais aussi du nombre de passagers, du prix de l’essence et surtout de vos compétences en matière de négociation ! 

Repas africain servi dans le quartier de la Haie Vive au Bénin, Afrique de l'Ouest
NOURRITURE

Je ne sais pas pour vous, mais l’un des aspects que je préfère lorsque je pars en voyage c’est la découverte des mets et spécialités culinaires locales. Et bien le Bénin ne vous décevra pas de ce côté là : plats de viande en sauce, poissons farcis, beignets salés et sucrés (dokô, talé-talé et “pâtés” entre autres), igname pilé, sauce arachide, sauce “feuille”, sauce “graine”, haricots, piron blanc ou rouge… une multitude de possibilités s’offre à vous. Ne ratez pas l’occasion de goûter au “Kpété”, le fameux “porc au sang” d’Adjarra ou encore au fromage peulh (“wagashi” en langue Dendi) des peuples nomades du nord béninois. Vous pourrez agrémenter vos repas de “gari” (semoule de manioc) et de “dja” (sauce tomate au piment et poudre de crevette). Bref vous l’aurez compris, les expériences culinaires ne manquent pas au Bénin. Vous pourrez expérimenter la cuisine locale et internationale dans l’un des nombreux restaurants de Cotonou, dans les maquis ou chez les vendeuses au bord des routes, et ce, pour des budgets allant de quelques centaines de FCFA à quelques dizaines de milliers de FCFA (mais pas de panique, 10.000 FCFA sont équivalents à environ 15€ !). 
→ à voir : des français goûtent la cuisine traditionnelle béninoise – vidéo –

À noter que sur de longs trajets, il vaut mieux prévoir de quoi se restaurer et s’hydrater (en emportant avec soi une glacière par exemple) car on peut se retrouver sur de longs tronçons de route sans possibilité d’acheter de quoi boire ou manger (notamment sur des trajets vers le nord du pays, pour aller à Pendjari ou à Dassa par exemple).

Hôtel Casa del Papa au Bénin, Afrique de l'Ouest
LOGEMENT

En matière de logement également, une multitude de choix s’offre à vous. Des hôtels sur la plage aux guest houses raffinées, en passant par des bungalows plus modestes, il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets. Chambre ventilée, suite climatisée ou simple case traditionnelle, rien ne vous empêche de tester plusieurs modes d’héber-gements pendant votre séjour. Vous pourrez par exemple dormir dans un éco-lodge niché dans la végétation dense d’une île au milieu des mangroves au Bab’s Dock, ou  encore profiter d’un coucher de soleil sur le Lac Ahémé depuis votre bungalow sur pilotis de Chez Théo.
Pour plus d’intimité, réservez une chambre à la “Maison Rouge” de Cotonou, et plongez dans un univers coloré au service haut de gamme. Les plus aventureux ne seront pas en reste et pourront expérimenter une nuit dans l’une des tentes du campement du Parc de la Pendjari dans l’Atacora, et ainsi prolonger le safari parmi les animaux sauvages. Dans le nord béninois justement, vous aurez la possibilité de passer une nuit dans une “Tata Somba“, ces habitations traditionnelles faites d’argile ressemblant à des châteaux forts, et ainsi profiter d’un splendide coucher de soleil sur les montagnes tropicales de Koussoukoingou. 

Vous l’aurez compris, les possibilités qui s’offrent à vous sont nombreuses et vous n’aurez que l’embarras du choix pour choisir le mode d’hébergement qui vous conviendra le mieux afin de profiter de votre séjour au Bénin dans les meilleures conditions.

La piscine à débordement de "Chez Théo" à Possotomé, Bénin, Afrique de l'Ouest
QUE FAIRE SUR PLACE ?

On ne va pas se mentir, le Bénin ne figure pas vraiment en tête de liste des destinations de vacances phares pour les touristes du monde entier. Mais je suis intimement convaincue que c’est uniquement parce que la plupart des gens n’ont absolument aucune idée de ce que le Bénin a à offrir en matière d’attraits touristiques, esthétiques ou culturels. 

On trouve au Bénin de magnifiques forêts de palétuviers noyées par les eaux des lacs, des villages entiers sur pilotis, mais aussi des forêts tropicales protégées peuplées de singes et des forêts sacrées abritant les divinités vaudoues. Dans les villes à la circulation chaotique, on aperçoit les églises catholiques côtoyant les mosquées flambant neuves (ou pas). Les temples & couvents vaudous, quant à eux, se fondent parfaitement dans ce paysage multiculturel.

Les amateurs de farniente ne sont pas en reste et profitent des plages paradisiaques de Grand-Popo (en prenant garde lors de leurs baignades car les courants sont parfois dangereux dans les eaux béninoises) tout en sirotant une noix de coco issue d’un des nombreux cocotiers de la Route des Pêches. Dans un tout autre registre, l’on peut aussi croiser des lions au Bénin, des hyènes ou même des éléphants si l’on pousse le périple jusqu’à l’extrême nord et ses savanes arides.

Quoi qu’il en soit, si toutes ces raisons ne vous ont pas convaincus, je vous invite à lire la partie du blog consacrée au Bénin plus en détails.
Je vous l’ai dit, je suis persuadée que chaque personne trouvera sa bonne raison de venir découvrir le Bénin.

Préparation de bagages, départ en voyage en Asie
DANS MA VALISE

Le climat au Bénin se répartit comme suit :
une grande et une petite saison sèche, et une grande et une petite saison des pluies.
Vers décembre, l’Harmattan (vente chaud, sec et chargé de poussière venant du désert) souffle sur le pays. Quoi qu’il en soit, et ce quelque soit la période à laquelle vous prévoyez de vous rendre au Bénin, il vous sera utile d’emmener quelques indispensables dans votre valise : 
On commence bien-sûr par la base avec les classiques shorts, T-shirts, jeans (au cas où vous monteriez en moto, je vous conseille d’en porter un. En cas de chute, il pourrait limiter les dégâts), sous-vêtements (est-ce bien utile de le préciser ?), chaussures de ville, de marche, maillot de bain… À cela vous ajouterez votre crème solaire, lunettes et chapeaux, vos médicaments (pensez à mettre une alarme sur votre téléphone pour vous rappeler de prendre votre comprimé de Malarone quotidien !), vos sprays anti-moustiques, moustiquaires (vous pourrez facilement en trouver sur place sinon), ainsi que vos appareils photos et caméras pour immortaliser vos plus beaux moments. Inutile de prendre des adaptateurs de prise électrique, ce sont les mêmes qu’en France.
Enfin, n’oubliez pas de prendre avec vous des vêtements de pluie (style K-way) ainsi que des vêtements longs pour éviter les piqûres de moustiques une fois la nuit tombée.

Cérémonie vaudoue durant la Fête du Vaudou 2018 à Ouidah, Bénin, Afrique de l'Ouest
US & COUTUMES

Lorsque l’on part découvrir un pays ou une région inconnue, on n’y trouve pas seulement des paysages de cartes postales nous permettant de couper avec notre quotidien ou de nouvelles saveurs culinaires et exotiques à tester. Il faut aussi et avant tout s’adapter à la culture locale, afin d’appréhender au mieux les gens qui nous entourent et qui nous accueillent dans leur cher pays.

Au Bénin par exemple, on évitera de prendre en photo les gens sans leur avoir demandé leur permission au préalable. Cela peut être vu comme un manque de respect et de considération (à juste titre d’ailleurs, honnêtement vous aimeriez que l’on vous prenne en photo dans la rue sans vous le demander ?). Il en est de même pour les stands des vendeurs et vendeuses, les enfants, les bâtiments privés… Vous noterez qu’il est strictement interdit de photographier les bâtiments officiels tels que la Présidence ou les ambassades.

Aussi, il est très courant de voir dans les villes ou les villages des monceaux d’ordures au bord des routes. Ce n’est pas une raison pour jeter vos déchets à même le sol ! Gardez-les dans un sac plastique prévu à cet effet par exemple, et jetez les à la poubelle plus tard, ce n’est quand même pas sorcier !

Enfin, certains mots français n’ont pas la même signification au Bénin. Vous entendrez par exemple une personne vous bousculer vous dire “doucement !”. Traduisez ceci par “désolé(e)” ou “excusez-moi”. 

Passeport français et béninois
VIVRE AU BENIN

Vous avez séjourné au Bénin, vous en êtes tombés amoureux/euse et vous souhaiteriez vous y installer pour quelques temps ou même de façon définitive ? Bonne nouvelle, c’est possible ! Sachez que pour cela il vous faudra être en possession d’une carte de séjour. Vous devrez en faire la demande à l’immigration située à Cotonou.

Il vous faudra bien-sûr fournir certains documents officiels comme votre passeport, justifier les raisons qui vous poussent à vouloir rester dans le pays (conjoint/te béninois/e, travail…), un justificatif de résidence (que vous pourrez vous procurer auprès du chef de quartier), ainsi que quelques papiers à aller chercher à la mairie, et bien-sûr le montant demandé pour établir une carte de séjour (200.000 FCFA, soit environ 300€).
Il vous faudra également vous rendre à l’Ambassade de France (si vous êtes français, cela va de soit) et vous faire enregistrer dans le registre des français établis hors de France. Vous devrez également y déposer une caution afin de couvrir vos frais de rapatriement éventuels (restitués lorsque vous quitterez le pays).

Enfin, si vous n’avez pas gagné le jackpot au loto, il vous faudra certainement trouver un travail. Pour cela, rien de mieux que de chercher sur le terrain (pas le choix de toute façon, à moins que vous n’ayez des contacts déjà sur place). Vous pouvez également décider de partir effectuer une mission humanitaire, ce n’est pas ce qu’il manque au Bénin (prenez grand soin à bien la choisir…).

Pour finir, sachez qu’il existe une page Facebook consacrée aux expatriés vivant au Bénin (voir la page ici). Un bon moyen de demander des conseils aux personnes déjà installées.

Découvrir tous les articles du Bénin

ICI

À voir aussi

Un stand de fruits coloré à l'Ile Maurice
Infos Pratiques ILE MAURICE
Longtails boats amarrés à l'embarcadère de Koh Phi Phi, Thaïlande
Infos Pratiques THAÏLANDE